Электронная книга: Gérald Bronner «Belief and Misbelief Asymmetry on the Internet»

Belief and Misbelief Asymmetry on the Internet

This book discusses the media, beliefs, the news, the Internet, etc. but it should not be seen as yet another critique of the media system, exploring with indignant fascination the idea of a machination against truth set up to serve a society of domination. These kinds of theories, whether they pertain to conspiracy theories or, more subtly, to a self-styled«critical» way of thinking, have always seemed to be the expression of a form of intellectual puerility. This is not to say that attempts at manipulating opinions do not occur, or that our world is free from compromised principles, or indeed corruption; far from it, but none of this is the key issue. In fact, reality can somehow be even more unsettling than those myths, however sophisticated they may be, that envisage the media system hand-in-hand with industry, science, and so forth, all in agreement so as to lead the «people» away from the truth. It is more unsettling because the processes described in this book and that allow falsehood and dubiousness to take hold of the public sphere are boosted by the development of IT, the workings of our minds, and the very nature of democracy. And finally, it is more unsettling because we are all responsible for what is going to happen to us.

Издательство: "John Wiley&Sons Limited"

ISBN: 9781119261551

электронная книга

Купить за 9758.3 руб и скачать на Litres

Gérald Bronner

Gérald Bronner, né le 22 mai 1969 à Nancy[1], est un sociologue français.

Sommaire

Biographie

Après avoir écrit une thèse sur les enjeux sociologiques de l’incertitude (qui a donné lieu à la publication d’un Que sais-je ?, L’incertitude) Gérald Bronner a été nommé maître de conférences à Nancy en 1998 où il a dirigé le département de sociologie pendant deux ans (1999-2001).

C’est en 2000, à l’occasion d’un congrès de l'Association internationale des Sociologues de Langue française qu’il rencontre Jean-Michel Berthelot et entame avec lui une collaboration de plusieurs années. Il codirige avec lui le comité de recherche 26 de l’AISLF : « Logique, méthodologie et théories de la connaissance » qui deviendra [?] en 2008 au congrès d’Istanbul : « Logique, méthodologie et théories de la connaissance » et dont il prendra la responsabilité. En 2003, il publie, aux PUF, L'empire des croyances, qui fut couronné d'un prix par l'Académie des Sciences morales et politiques. En 2004, il rejoint la Sorbonne où il codirige, toujours avec Jean-Michel Berthelot, le Centre d'Etudes sociologiques de la Sorbonne. C'est à cette période qu’il est nommé au comité de rédaction de L'Année sociologique et que les Éditions Hermann lui demandent de fonder et diriger la collection « Société et Pensées » qui a publié une vingtaine de livres et des auteurs aussi différents que Jean Baechler, Michel Forsé, Maxime Parodi, Michel Messu, Pierre Moessinger, Dominque Guillo et une traduction inédite de textes d'Alfred Schutz. Il soutient, en 2006, une HDR dont le sujet est l'importation de la notion de biais cognitif vers la sociologie et qui sera publiée sous le titre L'empire de l'erreur.

Depuis 2007, il est professeur à Strasbourg[2]. En 2007, également, il est appelé au jury de l'agrégation de sciences économiques et sociales dont il assure la vice-présidence durant deux ans (2008-2010). En 2008, sa nomination à l'Institut universitaire de France lui donne l'occasion notamment de poursuivre ses travaux sur le continent américain et d'entamer une série de publications en langue anglaise et italienne. Il achève la rédaction d'un livre paru en 2011 chez Bardwell Press (Oxford) : The Future of Collective Beliefs.

En 2010, il reçoit le prestigieux prix européen des sciences sociales d'Amalfi pour son livre La pensée extrême (Denoël, Paris, 2009). Outre de nombreux articles dans les revues scientifiques internationales, il collabore régulièrement avec des revues grand public (Cerveau&Psycho, Le Nouvel Observateur, Sciences humaines…).

Position théorique et thèmes de travail 

Les travaux de Gérald Bronner portent sur les croyances collectives et plus généralement les phénomènes de cognitions sociales. Selon lui, la sociologie cognitive s’intéresse aux situations où il existe une hybridation entre les invariants cognitifs, les pentes naturelles de la pensée individuelle et les variables sociales, notamment le contexte culturel. Il a, par exemple, comparé la résistance au darwinisme dans la culture américaine et dans la culture française (cf. la Revue française de sociologie, 3, 2007). L'objectif de cette recherche était de débusquer les obstacles intellectuels à la réception du darwinisme en même temps que la façon dont ces obstacles se déclinaient dans deux contextes sociaux bien différents.

Ses enquêtes ont porté sur des sujets aussi divers que les mécanismes d’entrée dans une secte, la disparition de la croyance au Père Noël chez les plus jeunes, la perception du risque, la pensée extrême et la radicalisation dans le domaine religieux ou politique… Il cherche à contribuer à la formalisation de la statique et de la dynamique des représentations et des croyances sur la base d’expérimentations. Quels sont les processus qui conduisent des individus à endosser des croyances qu'elles soient spectaculaires ou non, quels sont ceux qui conduisent à les abandonner ?

Il a encore, sur la question des croyances collectives, proposé de cerner les enjeux contemporains du croire en examinant notamment les mécanismes spécifiques du marché de l'information sur Internet ou les rapports qu'entretiennent des énoncés légitimés par la science et ceux qui ne le sont pas. D’une façon générale, il étudie les déterminants du succès d’une croyance dans l’espace social. Il a notamment étudié dans l’un de ses derniers livres (L’inquiétant principe de précaution, Paris, PUF), les raisons du succès de ce qu’il nomme, avec son co-auteur E. Géhin, le précautionnisme, c’est-à-dire la volonté d’appliquer inconditionnellement, et souvent avec un soubassement idéologique, le principe de précaution.

Il a également produit des travaux d'épistémologie des sciences sociales portant, d'une part, sur l'utilisation de la notion de rationalité et, d'autre part, sur les rapports que les sciences sociales entretiennent (ou n'entretiennent pas) avec les sciences cognitives et les neurosciences.

Ouvrages

  • The Future of Collective Beliefs, Oxford, Bardwell Press, 2011.
  • L’inquiétant principe de précaution (avec Etienne Géhin), Paris, PUF (« Quadrige »), 2010.
  • La pensée extrême, Paris, Denoël, 2009 (European Amalfi Prize For Sociology and Social Sciences – traduction en Italien : editions Piemme, Rome, 2011).
  • L'empire de l’erreur. Éléments de sociologie cognitive, Paris, PUF (« Sociologies »), 2007.
  • Coïncidences. Les représentations sociales du hasard, Paris, Vuibert, 2007 (deuxième édition Paris, Vuibert, 2009).
  • Vie et mort des croyances collectives, Paris, Éditions Hermann, 2006.
  • Manuel de nos folies ordinaires (avec Guillaume Erner), Paris, Mango, 2006.
  • L’empire des croyances, Paris, PUF (« Sociologies »), 2003 (Prix Adrien Duvand, Académie des Sciences morales et politiques, 2004).
  • L'incertitude, Paris, PUF (« Que sais-je ? »), 1997 (traduction en arabe : Éditions Oueidat, Beyrouth, 1999).

Notes et références

Liens externes

Источник: Gérald Bronner

Другие книги схожей тематики:

АвторКнигаОписаниеГодЦенаТип книги
Gérald BronnerBelief and Misbelief Asymmetry on the InternetThis book discusses the media, beliefs, the news, the Internet, etc. but it should not be seen as yet another critique of the media system, exploring with indignant fascination the idea of a… — @John Wiley&Sons Limited, @ @ @ @ Подробнее...
9758.3электронная книга

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.