Book: Thackeray W. M. «Vanity Fair»

Vanity Fair

Designed to appeal to the booklover, the Macmillan Collector’s Library is a series of beautifully bound gift editions of much loved classic titles. Brilliant anti-heroine Becky Sharp will do anything to climb to society’s loftiest heights and couldn’t be more different from her rich, sweet-natured schoolmate, Amelia Sedley. Their parallel lives are marked by love, lust, marriage, fortune and loss, in all their different guises, as they navigate the corrupt circus of upper-class Regency England. Hailed as a literary masterpiece upon first publication, William Makepeace Thackeray’s Vanity Fair has never waned in popularity and remains a highly entertaining satire of early nineteenth-century high society. This gorgeous edition includes an afterword by the prizewinning author and critic, Henry Hitchings..

Формат: Суперобложка, 808 стр.

ISBN: 9781509844395

Купить за 950 руб в

THACKERAY (W. M.)

THACKERAY (W. M.)

Après avoir connu des débuts littéraires difficiles, Thackeray a réussi à conquérir de son vivant, entre 1848 et 1863, la plus flatteuse des célébrités et à partager après sa mort la gloire de Dickens et de George Eliot. Il avait brillé dans plus d’un genre, s’affirmant à la fois dans la critique des lettres et des arts, l’histoire, la satire sociale, la poésie burlesque, la caricature et bien entendu le roman de mœurs, où il excella. Avec le recul du temps, toutefois, il apparaît clairement que c’est en qualité de psychologue, de moraliste et de dialecticien des plus subtiles nuances de la vanité humaine qu’il s’est acquis des titres à inscrire son nom parmi les plus grands. En dépit de sa prédilection pour les demi-teintes, de ses timidités devant le scandale, de ses réticences puritaines et de son absence à peu près totale d’engagement militant, il a eu assez de vigueur pour imposer internationalement un vocable et une notion – «snob» et «snobisme» – qui n’auraient point aujourd’hui droit de cité dans notre langage et dans nos concepts sans la force créatrice de son génie.

Une âme partagée

William Makepeace Thackeray est né dans un faubourg de Calcutta. Il appartient à une famille de fonctionnaires britanniques qui ont mis leur activité au service de la Compagnie des Indes orientales. Alors qu’il a quatre ans, son père meurt et sa mère, qui descend elle-même d’une lignée de hauts dignitaires anglo-indiens, l’envoie dans sa famille en Angleterre, car il supporte mal la rigueur du climat indien. En 1821 il entre à l’École de Charterhouse, puis en 1829 va à Cambridge où, étudiant dilettante, il ne reste qu’un an. Il visite l’Allemagne avant d’entreprendre, sans grande application, son droit à Londres et de venir s’installer, à sa majorité, à Paris, où il s’intéresse vivement à la peinture. Thackeray, jusque-là, a mené l’existence classique d’un jeune Anglais de condition aisée, mais survient la faillite d’une banque indienne où était déposée la majeure partie de ses biens. Ruiné, il doit gagner sa vie.

Il se trouve que le second mari de sa mère a de l’influence dans le monde de la presse, ce qui permet à son beau-fils de devenir le correspondant parisien de deux journaux anglais qui, malheureusement, vont faire faillite l’un après l’autre. La disparition du second en 1837 oblige Thackeray à regagner Londres avec sa jeune femme, épousée l’année précédente. Ce sera le commencement de sa collaboration, sous de multiples pseudonymes, à divers magazines dont Fraser’s , Bentley’s , The New Monthly et bientôt Punch où il fera paraître de février 1846 à février 1847 la série des feuilletons hebdomadaires «The Snobs of England , by One of Themselves » (Les Snobs d’Angleterre , par l’un d’entre eux ) qui lui assureront une renommée que viendra décisivement asseoir le triomphe, en 1848, de Vanity Fair (La Foire aux vanités ).

Ce sera la période où Thackeray s’efforce de lutter contre le désespoir qui peu à peu s’est emparé de lui. Sa femme, qui avait, dès après la naissance de ses trois filles, donné des signes de désordre mental, a dû être enfermée définitivement dans un asile. Thackeray, depuis 1845, est seul. Il est réduit aux réceptions mondaines et aux clubs. L’amour chimériquement compensateur qu’il a conçu pour l’épouse d’un de ses anciens condisciples lui restera interdit. Sur cette phase cruciale de la frustration de l’écrivain, les travaux du professeur américain Gordon N. Ray, lequel a eu accès aux carnets intimes de Thackeray, ont jeté un jour singulièrement révélateur.

Les grandes œuvres de Thackeray, qui s’échelonnent à un rythme soutenu jusqu’à sa mort survenue à Londres à la suite d’une hémorragie cérébrale, comprennent notamment The History of Pendennis (1848-1850), le plus autobiographique de tous ses romans: The History of Henry Esmond (1852), évocation de l’époque de Marlborough, où se détache l’étude, en un sens déjà freudienne, de la jalousie de lady Castlewood; The Newcomes (1853-1855), fresque sociale, à la fois sentimentale et âpre; The Virginians (1857-1859), qui est une saga des aventures des descendants du colonel Esmond. Quant à ses deux séries de conférences: The English Humourists of the Eighteenth Century (1853), qui contient d’admirables portraits de ses devanciers, particulièrement de Fielding, et The Four Georges (Les Quatre Georges , 1860), où l’on trouve une dénonciation virulente de la monarchie, elles ont grandement contribué à affermir sa popularité.

Une ironie désabusée

L’ensemble de l’œuvre de Thackeray est à l’image de sa personnalité amèrement tourmentée. Trop victorien et trop intimement divisé pour ne pas se résigner aux compromis, il s’est surtout attaché à faire ressortir l’origine individuelle du mauvais fonctionnement de la société. Que les déshérités, chassant les castes dirigeantes, aient pris le pouvoir ne lui eût apporté que faible satisfaction. Car la vanité, l’arbitraire et l’injustice eussent seulement changé de catégorie. Mais que l’adulation des fausses valeurs – fortune ou titre – se soit effacée devant une estime souveraine des qualités d’esprit et de cœur, voilà qui lui eût semblé l’ouverture sur le salut collectif. Son testament spirituel a donc résidé en une leçon de discernement et néanmoins de confiance en la vertu. La trame de La Foire aux vanités , comme l’argumentation, pour décousue qu’elle soit, du Livre des snobs n’a d’autre portée que celle d’un sermon laïc sur la fragilité des ambitions humaines dirigées en dehors des chemins de l’humilité et de la tolérance. Elle nous a offert en tout cas d’exemplaires analyses, annonciatrices des dissections d’un George Meredith, de l’égoïsme et du faux-semblant.

L’art de Thackeray est tout en impondérables, en suggestions, au point d’incliner vers une politique de l’implicite. Son sens de la médiocrité de la plupart des êtres le conduit, par une sorte d’ironie désabusée, à préférer sur le plan technique les sinuosités d’un narratif nonchalant, traversé de souvenirs panoramiques et de méditations à bâtons rompus, aux éclats directs de la scène dramatique. Au total, cependant, ce qui le caractérise a été une très rare alliance de tendresse et de sarcasme, une variété très particulière d’humour qu’il a lui-même, en une formule mémorable, défini comme étant composé de «l’esprit plus l’amour».

Источник: THACKERAY (W. M.)

Другие книги схожей тематики:

АвторКнигаОписаниеГодЦенаТип книги
Thackeray William MakepeaceVanity FairVanity Fair was first published in 1848, with the subtitle A Novel without a Hero, reflecting Thackeray's interest in deconstructing his era's conventions regarding literary heroism. The story… — @Пальмира, @ @Palmyra Classics @ @ Подробнее...2017
624бумажная книга
William Makepeace ThackerayVanity FairThackeray's upper-class Regency world is a noisy and jostling commercial fairground, predominantly driven by acquisitive greed and soulless materialism, in which the narrator himself plays a… — @Wordsworth Editions Limited, @(формат: 125x195, 694 стр.) @Classics @ @ Подробнее...2001
263бумажная книга
Thackeray William MakepeaceVanity FairПолный, неадаптированный текст произведения. Thackeray's upper-class Regency world is a noisy and jostling commercial fairground, predominantly driven by acquisitive greed and soulless materialism… — @Wordsworth, @ @Classics @ @ Подробнее...1992
203бумажная книга
William Makepeace ThackerayVanity FairThackarey's classic story of Becky Sharp's rise from rags to riches in Vanity Fair — @Macmillan Publishers, @ @Macmillan Readers @ @ Подробнее...2006
688бумажная книга
William Makepeaсе ThackerayVanity FairThis is the "Penguin English Library Edition" of "Vanity Fair" by William Makepeace Thackeray. "Vanitas Vanitatum! Which of us is happy in this world? Which of us has his desire? or, having it, is… — @Penguin Books Ltd., @(формат: 130x200, 928 стр.) @Penguin English Library @ @ Подробнее...2012
349бумажная книга
William Makepeace ThackerayVanity FairPart of Penguin's beautiful hardback "Clothbound Classics" series, designed by the award-winning Coralie Bickford-Smith, these delectable and collectible editions are bound in high-quality colourful… — @Penguin Classics, @(формат: 140x210, 912 стр.) @ @ @ Подробнее...2013
1549бумажная книга
Уильям ТеккерейVanity FairОт издателя:This is the "Penguin English Library Edition" of" Vanity Fair" by William Makepeace Thackeray.&# 039;Vanitas Vanitatum! Which of us is happy in this world? Which of us has his desire? or… — @ @(формат: 130x195мм, 928стр. стр.) @Penguin English Library @ @ Подробнее...2012
160бумажная книга
William Makepeaсе ThackerayVanity FairThis is the `Penguin English Library Edition` of `Vanity Fair` by William Makepeace Thackeray. `Vanitas Vanitatum! Which of us is happy in this world? Which of us has his desire? or, having it, is… — @Penguin Books Ltd., @(формат: 130x200, 928 стр.) @Penguin English Library @ @ Подробнее...2012
1096бумажная книга
Thackeray William MakepeaceVanity FairWith an Introduction and Notes by Owen Knowles, University of Hull Thackeray`s upper-class Regency world is a noisy and jostling commercial fairground, predominantly driven by acquisitive greed and… — @Wordsworth Editions, @(формат: 125x195мм, 694 стр.) @Classics @ @ Подробнее...1992
263бумажная книга
Thackeray William MakepeaceVanity FairTells the story of Becky Sharp's rise from rags to riches in Vanity Fair. This is a work about the situation of two women during nineteenth century British society and the French napoleonic wars — @Macmillan, @ @Macmillan Readers @ @ Подробнее...2017
1095бумажная книга
Thackeray WilliamVanity FairWritten in 1848, Vanity Fair is an excellent satire of English society in the early 19th Century. Thackeray states several times that it is a novel "without a hero", and at a couple of points tries… — @Т8, @ @Original @ @ Подробнее...2018
774бумажная книга
Thackeray WilliamVanity FairWritten in 1848, Vanity Fair is an excellent satire of English society in the early 19th Century. Thackeray states several times that it is a novel "without a hero", and at a couple of points tries… — @T8RUGRAM, @ @Original @ @ Подробнее...2018
529бумажная книга
Другие книги по запросу «Vanity Fair» >>

Look at other dictionaries:

  • Vanity Fair — Обложка журнала 1914 года (изображение из библ …   Википедия

  • Vanity Fair — puede referirse a: Vanity Fair (La feria de las vanidades), novela escrita por William Makepeace Thackeray. y a las versiones cinematograficas de esta novela: Vanity Fair, película muda de 1922 dirigida por W. Courtney Rowden. Vanity Fair,… …   Wikipedia Español

  • Vanity Fair — („Jahrmarkt der Eitelkeit“) ist der Name eines Handlungsortes in John Bunyans Allegorie The Pilgrim s Progress (1678). Davon abgeleitet sind die Bezeichnungen eines Romans von William Makepeace Thackeray, deutscher Titel Jahrmarkt der Eitelkeit… …   Deutsch Wikipedia

  • Vanity Fair — n. in Bunyan s Pilgrim s Progress, a fair always going on in the town of Vanity, symbolic of worldly folly, frivolity, and show …   English World dictionary

  • «vanity fair» — англ. (вэнити фэйр) «Ярмарка тщеславия» название романа У. Теккерея. Толковый словарь иностранных слов Л. П. Крысина. М: Русский язык, 1998 …   Словарь иностранных слов русского языка

  • Vanity fair — (engl., spr. wannĭtĭ fǟr), »Markt der Eitelkeit, nichtiges Treiben«, geflügeltes Wort nach Bunyans »Pilgrim s Progress« (vgl. Bunyan); auch Titel eines Romans von Thackeray …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Vanity fair — (engl., spr. wännĭtĭ fähr), Titel eines Romans von Thackeray (s.d.) …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Vanity Fair —   Jahrmarkt der Eitelkeit …   Universal-Lexikon

  • Vanity Fair — 1.) trademark a magazine sold in the US and UK that has articles on fashion, some news articles, and some articles or stories by well known writers 2.) (1847 48) a novel by William Thackeray about ↑upper class English society at the time of the… …   Dictionary of contemporary English

  • Vanity Fair — Infobox Book name = Vanity Fair title orig = translator = image caption = Title page to Vanity Fair , drawn by Thackeray, who furnished the illustrations for many of his earlier editions author = William Makepeace Thackeray illustrator = William… …   Wikipedia

  • Vanity Fair — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Vanity Fair peut désigner : le titre original du roman anglais La Foire aux vanités de William Makepeace Thackeray paru de 1846 à 1847 dans le… …   Wikipédia en Français