Book: Bassani G. «Gli occhiali d'oro»

Gli occhiali d'oro

Серия: "-"

In una Ferrara ricca, affascinante ma oppressa dal fascismo, un giovane studente ebreo, voce narrante del romanzo, incrocia il suo destino con quello di Athos Fadigati, un maturo medico di chiara fama. L'amicizia che nasce fra i due far&# 224; scoprire al narratore che dietro tutta la cultura e la raffinatezza del dottor Fadigati si cela un abisso di solitudine dovuto alla sua presunta omosessualit&# 224;. Un peccato che l'Italia di allora non contemplava fra quelli che potevano essere redenti... E gli occhiali d'oro dello stimato professionista diventano il simbolo di una diversit&# 224; sempre meno tollerata, cos&# 236; come l'appartenenza all'ebraismo del narratore, una diversit&# 224; che non potr&# 224; che andare incontro a una catarsi tragica.

Издательство: "Feltrinelli" (2013)

ISBN: 978-88-07-88012-4

Купить за 1083 руб в My-shop

BASSANI (G.)

BASSANI (G.)

Une ville: Ferrare, une époque: la fin des années trente, un milieu: la communauté israélite traquée par les lois raciales définissent d’emblée l’œuvre narrative de Giorgio Bassani. Le succès, mérité, d’un roman comme Le Jardin des Finzi-Contini ne doit pas faire oublier l’importance de ses autres livres, où déjà s’était affirmée une voix originale, nostalgique, sensible et raffinée.

Un écrivain juif de Ferrare

Tous les livres de Giorgio Bassani, romans et nouvelles, sont inspirés par la ville de Ferrare et situés dans ce cadre pour lui privilégié qui fut celui de son enfance. C’est pour cette raison que le gros volume qui rassemble l’édition définitive de ses proses est précisément intitulé Le Roman de Ferrare .

Bassani pourtant n’a jamais eu pour but d’exploiter les ressources plus ou moins pittoresques d’un particularisme provincial. Le problème, pour lui, se pose en d’autres termes. Il serait plus juste de parler d’une géographie sentimentale, dont les éléments interviennent sans cesse dans ses récits, de telle sorte que les rues, les palais, les remparts ferrarais, dominés par la sombre masse du château des ducs d’Este, au lieu de constituer les pièces éparses d’un décor, finissent par jouer le rôle d’un véritable vivier, d’où émergent et où disparaissent tour à tour les personnages de ses histoires. D’un texte à l’autre, le lecteur voit d’ailleurs reparaître bon nombre de ces personnages, ce qui contribue à accentuer cette impression de stabilité d’un cadre dont les figurants eux-mêmes deviennent des visages familiers.

Bassani, né en 1916 à Bologne, a lui-même passé son enfance à Ferrare, et le choix constant de ce décor, qui est le lieu des souvenirs de ses premières années, traduit, d’emblée, une dimension autobiographique, confirmée dans un grand nombre de cas par la présence d’un narrateur dont les traits caractéristiques sont très proches des siens propres.

En outre, ces histoires sont presque toujours situées dans la période historique qui s’étend, en gros, de 1935 à l’immédiat après-guerre. Là encore, il ne s’agit pas d’un choix fortuit. Si ce moment correspond à la fin de l’adolescence de Bassani, il a coïncidé également avec celui où le gouvernement de Mussolini a promulgué les lois de discrimination raciale, opérant ainsi un soudain clivage dans la population italienne. Dans une ville telle que Ferrare, où vivait une importante minorité israélite, parfaitement assimilée, ces mesures que rien ne laissait prévoir – l’antisémitisme étant exceptionnel dans la tradition italienne – furent durement ressenties. La stupeur indignée des premiers temps fut peu à peu remplacée par une angoisse croissante, jusqu’à la terreur des années de la République de Salo. Si, dans l’après-guerre, une réaction d’oubli, peut-être hâtive, tenta de refouler des images désormais intolérables, certains, et Bassani le premier, surent rappeler le calvaire de la communauté juive à laquelle ils appartenaient.

Il serait cependant inexact et abusif de ne voir dans l’œuvre de Bassani qu’un témoignage réaliste ou un jugement politique, même si témoignage et jugement sont là, précis, irréfutables. En réalité, son propos est différent. Ces récits, en effet, forment une œuvre de fiction peuplée de personnages imaginaires, sans autre identité que celle que leur prête l’auteur, pour le temps d’un récit. En revanche, on ne peut manquer d’être frappé par la constance des thèmes, la mémoire, l’exclusion et la mort, qui parcourent cette œuvre dont les racines plongent très loin dans l’expérience proprement traumatisante qui fut celle de Bassani lui-même.

Une écriture du souvenir et de la nostalgie

Bassani raconte toujours au passé, parce qu’il s’attache à évoquer des êtres qui ont disparu, comme s’il était hanté par l’idée d’une disparition irrémédiable, dans l’oubli individuel et collectif. Si son registre favori est celui de la mémoire, son mode d’expression privilégié est le retour en arrière. Le flash-back, en effet, plus encore que le récit au passé, permet d’obtenir une superposition du passé sur le présent, et donc un contrepoint constant entre un monde révolu, bien que très proche encore, et un présent donnant l’illusion trompeuse de le continuer, mais où les vides creusés par la mort sont si grands que rien, à vrai dire, ne subsiste plus que ce passé.

Ainsi Ferrare n’est-elle plus à ses yeux qu’un théâtre d’ombres, auxquelles il tente de rendre un visage et une voix. Et si c’est toujours à 1937 et aux lois raciales qu’il revient, c’est parce que cette époque a condamné le petit univers auquel il appartenait à se figer dans une forme immuable, étrangère à toute évolution parce qu’elle a été retranchée de la vie. Seule la mort a pu modifier quelque chose dans ce monde plongé dans l’immobilité, en clairsemant les rangs des bannis. D’où la persistance chez lui des images funèbres, des tombeaux ou des cimetières.

Pourtant, cette disparition dans la mort est, à tout prendre, moins angoissante chez Bassani que la menace qui rôde sur les proscrits et les suspects. «Seuls, les morts sont heureux», dit l’un de ses personnages, car, dans la mort, l’avenir qui recèle en lui tous les dangers est enfin désarmé. En revanche, le sort des vivants est constamment marqué par la dimension d’un tragique dont l’isolement et la ségrégation sont les connotations les plus fréquentes, que ce soit l’isolement des opposants politiques (Clelia Trotti ), des juifs chassés du lycée, des clubs sportifs, de l’administration, d’un malade cloué à son fauteuil par la paralysie (Une nuit de 1943 ), d’un médecin homosexuel rejeté par son milieu (Les Lunettes d’or ) ou d’un déporté tragiquement inadapté à la vie de l’après-guerre (Une stèle via Mazzini ).

Ce thème, qui parcourt les nouvelles et que développait, sur deux registres parallèles, le bref et admirable roman intitulé Les Lunettes d’or , reparaît dans Le Jardin des Finzi-Contini , publié en 1962, qui rassemble et élargit tous les thèmes que Bassani avait traités précédemment. L’immense parc ceint de murs qui entoure la maison de la riche famille Finzi-Contini illustre à merveille le microcosme figé des juifs rejetés en marge de la vie dans une existence sans futur, comme provisoirement suspendue, que la mort viendra bientôt interrompre. Ainsi s’explique l’échec de l’amitié amoureuse du narrateur et de la jeune Micol (sans doute le personnage le plus touchant et, avec le Dr Fadigati, des Lunettes d’or , le mieux dessiné de Bassani), dont le caractère névrotique provient en grande partie de cette obscure certitude que seul le passé est encore vivable et peut constituer un refuge contre l’angoisse d’un présent gros de menaces.

La tonalité élégiaque de ce beau livre, qui servit de prétexte à une adaptation cinématographique, belle et infidèle, de V. De Sica, est encore soulignée par son décor, d’autant plus merveilleux qu’il est représenté à travers les souvenirs et les rêves d’un adolescent. Mais le Jardin ne fait que pousser plus loin, et avec une autre ampleur, ce que les Histoires ferraraises avaient déjà montré de façon éclatante, c’est-à-dire la maîtrise et le raffinement extrême d’une écriture qui a su retenir la leçon de Flaubert, mise au service d’une analyse psychologique pénétrante et sensible, sans que la poésie fasse oublier la réalité douloureuse qui en était le point de départ.

Par la suite, Bassani a écrit d’autres romans. Derrière la porte (1964) s’inscrit encore dans un cadre ferrarais et décrit, à travers un univers de lycéens, la fin d’une enfance, sur un ton plus directement autobiographique, mais sans parvenir ici à imposer véritablement une poésie quelque peu volontariste et fabriquée. Le Héron (1968) abandonne les soucis de l’adolescence pour évoquer l’angoisse d’un homme vieillissant et désenchanté qui se suicide au retour d’une partie de chasse dans le delta du Pô, prétexte à une méditation sur la vanité d’une vie qui s’épuise dans un quotidien terne et mesquin. Toutefois, l’équilibre et la tension qui permettaient de ranger sans hésiter les premiers textes de Bassani parmi les plus remarquables des années cinquante semblent s’être peu à peu affaiblis, comme si celui-ci n’avait plus été en mesure de renouveler son inspiration. C’est ce que confirment les nouvelles de son recueil, L’Odeur du foin (1972).

Il est en effet assez frappant de constater que, mis à part deux recueils de poésies, Épitaphe et En grand secret , qui renouent avec des tentatives de jeunesse (ces dernières réunies sous le titre de L’Aube aux vitres , 1963) et font apparaître un ton mordant et un peu amer, insolite chez lui, Bassani, depuis quelque temps, s’est essentiellement consacré à réécrire et à limer ses histoires ferraraises, qui demeurent ce qu’il a fait de plus fort et de plus parfait.

Источник: BASSANI (G.)

Другие книги схожей тематики:

АвторКнигаОписаниеГодЦенаТип книги
Bassani G.Gli occhiali d'oroIn una Ferrara ricca, affascinante ma oppressa dal fascismo, un giovane studente ebreo, voce narrante del romanzo, incrocia il suo destino con quello di Athos Fadigati, un maturo medico di chiara… — Feltrinelli, - Подробнее...2013
1083бумажная книга
Bassani G.Gli occhiali d`oroIn una Ferrara ricca, affascinante ma oppressa dal fascismo, un giovane studente ebreo, voce narrante del romanzo, incrocia il suo destino con quello di Athos Fadigati, un maturo medico di chiara… — Feltrinelli, Подробнее...2013
1401бумажная книга

Look at other dictionaries:

  • Gli occhiali d'oro — Título Gli occhiali d oro Ficha técnica Dirección Giuliano Montaldo Producción Leo Pescarolo G …   Wikipedia Español

  • Gli occhiali d'oro — Filmdaten Deutscher Titel: Brille mit Goldrand Originaltitel: Gli occhiali d oro Produktionsland: Italien, Frankreich Erscheinungsjahr: 1987 Länge: 105 Minuten Originalsprache …   Deutsch Wikipedia

  • Gli occhiali d'oro —    Voir Les Lunettes d or …   Dictionnaire mondial des Films

  • List of Zecchino d'Oro songs — The Zecchino d Oro International Festival of Children s Song has been held every year since 1959, first as a national (Italian) event, and after 1976 as an international one.1959 (1 ZdO) 1970 (12 ZdO) *1 Zecchino d Oro (1959) #Quartetto… …   Wikipedia

  • Les Lunettes d'or — Gli occhiali d oro    Drame de Giuliano Montaldo, d après le roman de Giorgio Bassani, avec Philippe Noiret, Rupert Everett, Valeria Golino, Nicola Farron.   Pays: Italie   Date de sortie: 1987   Technique: couleurs   Durée: 1 h 43    Résumé… …   Dictionnaire mondial des Films

  • Очки в золотой оправе (фильм, 1987) — Очки в золотой оправе Gli occhiali d oro Жанр драма Режиссёр Джулиано Монтальдо Автор сценария Никола Бадалукко …   Википедия

  • Brille mit Goldrand — Filmdaten Deutscher Titel Brille mit Goldrand Originaltitel Gli occhiali d oro …   Deutsch Wikipedia

  • Giorgio Bassani — (* 4. März 1916 in Bologna; † 13. April 2000 in Rom) war ein italienischer Schriftsteller und Dichter. Inhaltsverzeichnis 1 Leben 2 Werke 3 Ehrungen …   Deutsch Wikipedia

  • Очки в золотой оправе (фильм — Очки в золотой оправе (фильм, 1987) Очки в золотой оправе (итал. Gli occhiali d oro) кинофильм, снятый итальянским режиссёром Джулиано Монтальдо (Giuliano Montaldo, 22 февраля 1930) по одноимённому роману (1958) известного писателя Джорджо… …   Википедия

  • Giuliano Montaldo — (Génova, 22 de febrero de 1930) es un director de cine, guionista y actor italiano. Contenido 1 Biografía 2 Otros medios 3 Docencia y otros trabajos profesionales …   Wikipedia Español

  • Ennio Morricone — Este artículo o sección necesita referencias que aparezcan en una publicación acreditada, como revistas especializadas, monografías, prensa diaria o páginas de Internet fidedignas. Puedes añadirlas así o avisar al aut …   Wikipedia Español


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.